interro

Choix du bois

  

Le choix du bois est lié avant tout par rapport à la zone géographique où l'on se situe.

Si on se trouve dans le département du Rhône, on a le choix entre les feuillus et les résineux, car en volume sur pied on a 50% de résineux pour 50% de feuillus.  (Source de la préfecture du Rhône)

Dans les Landes on se chauffe qu’avec du résineux alors que dans la Chevreuse qu’avec du feuillus.

 

Question sur le pouvoir calorifique du bois.

 

Pour se chauffer, le pin est-il meilleur que le chêne ?

 

 

Réponse :

Pour un taux d’humidité de 20 % si on prend le pouvoir calorifique au poids (Kg):

Le pin est gagnant avec  4,1 KWh/Kg alors que le chêne est à 3,8KWh/Kg

Par contre pour le même taux d’humidité si on prend le pouvoir calorifique au volume (Litre) :

Le chêne est gagnant avec 2.8 KWh/L alors que le pin est à 2.6 KWh/L

 

 humidite

 

Pour information, le pin étant plus léger, il se consume plus vite. C’est un principe qu’il ne faut pas négliger.

 

 

Stockage du bois

 

Le stockage est important pour une bonne combustion.

Le bois a un pouvoir calorifique lié à son essence mais surtout lié à son humidité car nous savons tous que chauffer de l’eau demande beaucoup d’énergie. 

Plus le bois est sec, plus il est calorifique et plus le phénomène de bistre sera faible.

Par exemple le pouvoir calorifique du pin est de 4,1KWh/Kg à 20% d’humidité alors qu’il est 3,5KWh/Kg à 30%. Et 2,9KWh/Kg à 40% d’humidité.

Pour info le taux d’humidité du granulé est de maximum de 10% soit un minimum de 4,6KWh/Kg

 

Il est primordial de faire sécher son bois. Il faut 18 mois en moyenne pour atteindre les 20% d’humidité.

Le stockage du bois doit être à l’abri, ventilé (aéré) et ne doit pas être posé à même le sol (sur une palette c’est idéal!) afin d'éviter les moisissures et les champignons.

 

 

 

20151116 170929

 

 

 

 

 

 

Brûler son bois 

 

L’allumage de votre bois de chauffage est meilleur par le haut.

 

 allumage

 

Cela permet une meilleure combustion des gaz qui remontent puisque la flamme est au dessus.

Avec cette technique, chaque étage de bois supérieur préchauffe et sèche l’étage du dessous, avant de le consumer.

Ce n’est plus la peine de s’occuper du feu (en venant rajouter du bois par dessus), tout se consomme de manière « automatique ». Vous économisez du temps et de l’attention.

Une fois que le feu est établi, plus besoin de revenir pour remettre du bois.

Plus aucune chance que votre tas de bois s’effondre et étouffe le feu par malchance.

La combustion se fait de manière plus lente (moins de bois, puisque chaque étage de bois se consomme au fur et à mesure). Il y a une meilleure combustion des fumées et, en conséquence, moins de fumées en sortie (et moins d’encrassage). 

Il ne vous reste plus qu’à tester cette combustion et vous faire votre propre opinion.

ci joint le lien vers une vidéo.

https://www.youtube.com/watch?v=5Fz5IkxRFEQ  

 

 

 

 

 ramoneur expert fumisterie